Témoignage d’une mentorée – Rencontrez Myriam

Myriam, mentorée dans la Zone Academos

Étant prête à relever de nouveaux défis professionnels, Myriam a récemment accepté le poste de conseillère en philanthropie chez Academos. Dans le but d’assumer avec aisance ses nouvelles responsabilités, Myriam a profité de son accès à l’application de mentorat Élo qui lui était offert par son organisation pour se trouver un mentor. Depuis maintenant plusieurs mois, elle vit une relation mentorale enrichissante avec son mentor, Nicolas Dedek, directeur en développement philanthropique de la fondation de l’UQAM.

Un jumelage réussi qui lui permet d’être soutenu et conseillé dans la réalisation de ce nouveau défi. Nous avons discuté avec Myriam pour en apprendre plus sur cette relation mentorale qui gagne à être connue!

Qu’est-ce qui vous a amené à vouloir un mentor?

Myriam Rivière : « Je n’avais pas de besoins spécifiques. Je suis nouvellement en poste et j’avais envie d’observer de plus près le parcours de quelqu’un de senior, d’avoir des discussions sur tout ce qui touche de près ou de loin à la philanthropie. »

Comment avez-vous choisi votre mentor? (aviez-vous des besoins précis? Avez-vous utilisé les recommandations faites par Élo?, etc.)

MR : « Mes attentes n’étant pas clairement définies, j’étais plutôt curieuse de voir différents points de vue sur mon domaine. J’ai donc pris mon temps avant de choisir avec qui j’allais communiquer et j’ai navigué sur la plateforme avant de me lancer.

C’est dans la banque de mentors suggérés que j’ai trouvé Nicolas. J’ai choisi de contacter ce mentor plutôt qu’un autre en voyant les intérêts que nous avions en commun et en voyant l’emploi qu’il occupait. »

Comment s’est passée la prise de contact?

MR : « La prise de contact a été super facile. Je lui ai écrit en me présentant, en lui disant que son profil et son parcours m’interpellent et en lui expliquant ce que je venais chercher dans le mentorat (ce qui est, d’ailleurs, très large!).

Il m’a tout de suite répondu avec enthousiasme et m’a demandé comment j’aimerais procéder pour la suite des choses. Ne sachant pas trop moi-même ce que j’envisageais, j’ai gardé beaucoup d’ouverture et j’ai simplement répondu que nos discussions et nos échanges sur la plateforme seraient sûrement fort enrichissants pour moi et qu’il serait intéressant de se rencontrer à l’occasion. »

Qu’est-ce que votre mentor vous apporte jusqu’à maintenant?

MR : « Il m’aide à aller à l’essentiel, à me poser les bonnes questions. Je vis une situation professionnelle particulière où tout est à construire dans mon poste, alors que moi-même je me construis en tant que professionnelle en philanthropie. Beaucoup d’idées se bousculent et il m’aide à segmenter. Avoir la vision de quelqu’un de très expérimenté, qui vient du milieu communautaire tout comme moi, je trouve ça très enrichissant et je prends en compte ses observations lorsque je teste certaines de mes idées.

Il m’accompagne donc dans mon cheminement, d’une certaine manière. Par contre, j’essaie de ne pas utiliser cette relation mentorale comme du “counselling”; je n’aimerais pas qu’il se sente obligé de devoir faire cet accompagnement; bien que je ne crois pas que ce soit le cas. Il se montre intéressé par mon processus et me demande de détailler ma pensée. »

Pourriez-vous me nommer 2 qualités de votre mentor?

MR : « Ses réponses sont très complètes, sincères et naturelles. Nicolas est aussi généreux dans ce qu’il me partage et il me relance toujours avec des questions. Ce qui amène de belles réflexions de mon côté.

Je nommerais aussi sa disponibilité, car il répond rapidement (plus que moi!) et c’est quelque chose que j’apprécie. »

Quels sont les avantages pour vous d’une application comme Élo pour trouver une mentor, communiquer avec votre mentor, etc.

MR : « Élo permet de communiquer avec des gens qui ne sont pas nécessairement dans notre réseau. Je suis hyper contente de pouvoir discuter avec quelqu’un qui oeuvre dans mon domaine, mais dans un secteur éloigné du mien. »

Que diriez-vous à un utilisateur qui n’ose pas contacter son premier mentor ?

MR : « Ça peut paraître un peu “intimidant” au départ, surtout quand on n’a pas de questions précises en tête, mais qu’on est juste intéressé à interagir et élargir ses horizons. Ces gens sont là pour aider et parce qu’ils ont un désir de partager leurs connaissances et leur expérience. Ce serait triste de s’en passer!

Le mieux, selon moi, c’est d’être honnête, de se montrer ouvert à entamer une discussion et de se lancer! L’authenticité est de mise. Si des attentes spécifiques apparaissent en cours de route, il vaut mieux les nommer à son mentor. »

Découvrez le profil de son mentor, Nicolas Dedek, en cliquant ici.

Une réponse sur « Témoignage d’une mentorée – Rencontrez Myriam »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s